Burkina Faso : Thomas Sankara ; « En tant que dirigeant il vous faut être à l’étage, ce qui vous permet de voir loin ; mais de temps en temps, il faut descendre au rez-de-chaussée pour voir également dans la rue ce qui se passe. »

Thomas Sankara, homme d’Etat anti-impérialiste, panafricain et  chef d’Etat du Burkina Faso de 1983 à 1987.

Découvrons quelques-unes
de ses œuvres :

 Il a vacciné 2,5
millions d’enfants contre la méningite, la fièvre jaune et la rougeole en
quelques semaines.

2. Il a lancé une campagne
nationale d’alphabétisation, faisant passer le taux d’alphabétisation de 13% en
1983 à 73% en 1987.

3. Il a planté plus de 10
millions d’arbres pour prévenir la désertification

4. Il a construit des
routes et un chemin de fer pour unir la nation, sans aide étrangère.

5. Il a nommé des femmes à
des postes gouvernementaux, les encourageant à travailler. Il a lancé des
recrutements pour les femmes dans l’armée et elles avaient droit à un congé de
maternité pendant leurs études.

6. Il a interdit les
mutilations génitales féminines, les mariages forcés et la polygamie.

7. Il a vendu la flotte
gouvernementale de voitures Mercedes et a fait de la Renault 5 (la voiture la
plus moins chère vendue au Burkina Faso à l’époque) la voiture de service
officielle des ministres.

8. Il a réduit les salaires
de tous les fonctionnaires, y compris les siens, et a interdit aux membres du
gouvernement l’utilisation des chauffeurs et des billets d’avion de première
classe.

9. Il a redistribué les
terres des propriétaires féodaux  pour les offrir aux paysans. En trois
ans, la production de blé est passée de 1700 kg par hectare à 3800 kg par
hectare, ce qui a rendu le pays autosuffisant sur le plan alimentaire.

10. Il s’est opposé à
l’aide étrangère, affirmant que « celui qui vous nourrit, vous
contrôle ».

11. Il s’est exprimé lors
des forums comme l’Organisation de l’unité africaine, s’opposant au
néocolonialisme.

12. Il a appelé à un front
uni des nations africaines pour éponger leur dette extérieure. A Ouagadougou,
Thomas Sankara a transformé le magasin d’approvisionnement de l’armée en
supermarché public ouvert à tous (le premier supermarché du pays).

13. Il a obligé les
fonctionnaires à offrir un mois de leur salaire pour des projets publics.

14. Il a refusé d’utiliser
la climatisation de son bureau au motif que ce luxe n’était accessible qu’à une
poignée de Burkinabés.

15. En tant que président,
il a réduit son salaire à 450 $ par mois et limité ses biens à une voiture,
quatre bicyclettes, trois guitares, un réfrigérateur et un congélateur.

16. Il a formé une garde
personnelle motocycliste entièrement féminine.

17. Il exigeait que les
fonctionnaires portent une tunique traditionnelle, tissée en coton burkinabé et
cousue par des artisans burkinabés.

18. A la question, pourquoi
il ne voulait pas que son portrait soit accroché dans des lieux publics, comme
c’était la norme pour les autres dirigeants africains, Sankara a répondu :
« Il y a sept millions de Thomas Sankaras ».

19. Guitariste de
formation, il a écrit lui-même le nouvel hymne national.

20. Il a réalisé tous ces
exploits en 4 ans.

Source : Afrikmag

Yasmine Traoré.