Côte d’Ivoire : Simone Gbagbo amnistiée par Alassane Ouattara

image_pdfimage_print

Ce lundi 06 Août 2018, le président Ivoirien Alassane Ouattara a annoncé l’amnistie de 800 personnes environ. Parmi ces personnes figurent Simone Gbagbo, l’épouse de l’ex-président Laurent Gbagbo. Cela pour bute, selon lui, de favoriser la réconciliation nationale.

A l’occasion de son discours de célébration de la fête nationale, le président Ivoirien Alassane Ouattara a annoncé l’amnistie d’environ 800 personnes, dont l’ex-première dame. « Sur les 800, environ 500 sont déjà en liberté provisoire ou en exil et verront leur condamnation pénale effacée », a-t-il précisé.

Il a également tenu à préciser qu’une soixantaine de militaires ayant commis des crimes de sang ne sont pas concernés par la mesure. « Il s’agit là d’une mesure de clémence de la nation entière envers ses filles et ses fils. J’invite tous les bénéficiaires de cette amnistie à faire en sorte que notre pays ne revive plus jamais de tels événements et ne sombre plus jamais dans la violence », a-t-il poursuivi.

Parmi les personnes concernées par l’amnistie figurent l’ancienne Première dame Simone Gbagbo, les ex-ministres Lida Kouassi et Assoa Adou, ou encore Souleymane Kamaraté Koné, alias Soul to Soul, le collaborateur de Guillaume Soro. « Ils seront libérés prochainement », a expliqué le chef de l’Etat

Simone Gbagbo était jugée pour son implication présumée dans des tirs d’obus sur le marché d’Abobo, un quartier d’Abidjan favorable à Alassane Ouattara – rival de Laurent Gbagbo à la présidentielle de 2010 – et pour sa participation présumée à une cellule qui organisait des attaques menées par des milices et des militaires proches du régime.

La Cour suprême de Côte d’Ivoire avait cassé il y a quelques jours le jugement d’acquittement dont avait bénéficié en 2017 l’ex-première dame au terme de son procès en assises pour crimes contre l’humanité pendant la crise post-électorale. L’épouse de l’ancien président ivoirien (2000-2010) avait été acquittée le 28 mars 2017 par la cour d’assises d’Abidjan mais n’avait pas été libérée pour autant.

Facebook Comments
Share Button

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.