Culture : Restitution des ateliers de danse du projet Art et Education au CDC la Termitière

Culture : Restitution des ateliers de danse du projet Art et Education au CDC la Termitière

Après 6 mois de médiation culturelle à travers des cours de danse dans les écoles de Ouagadougou, la restitution du projet ART et EDUCATION s’est tenue ce Samedi 14 Juillet 2018 au Centre de Développement Chorégraphique la Termitière. Un projet qui a, en effet, pour but la sensibilisation et l’éveil artistique des jeunes publics à la danse.

Le Centre de Développement Chorégraphique la Termitière, qui n’est plus à présenter, a célébré ce samedi 14Juillet 2018, la restitution des ateliers de danses après 6 mois de travail intense avec les enfants. C’est un projet qui a regroupé en tous 64 enfants, venus des différents lycées et écoles primaires de Ouagadougou, tels que le lycée Mixte de Gounghin, l’école primaire saint Raphael 2, et le cours Moderne André-Marie.  Selon l’administratrice du CDC la Termitière, Madame Salamatou Diéné, le projet a été un succès total grâce à la collaboration des responsables des lycées et écoles primaires, du partenariat de certaines structures comme la Compagnie François Veret, l’Association Initiative Communautaire «  Changer la Vie », etc., et enfin du soutient du Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme, et les Amis du centre de Développement Chorégraphique.

Un spectacle d’une cinquantaine de minutes

C’était dans l’après-midi de ce Samedi, dans une des salles de spectacle du centre, autour de 15h20mn, que la cérémonie s’est tenue.

 

Enfants, parents, responsables d’écoles, et partenaires étaient au Rendez-vous. Le top départ a été marqué par la prise de parole de l’administratrice Salamatou Diéné, qui va présenter le projet  et lancer quelques mots de remerciement aux différents partenaires et collaborateurs, puis donner le feu vert pour un spectacle qui va durer 50mn.

En effet, durant une bonne cinquantaine de minutes, l’on a pu voir les tous petits, les moyens et les grands à l’œuvre. Des danses chorégraphiques, des pas bien agencés au rythme du djembé et de sons d’artistes burkinabé tels que Alif-Naaba et Imilo lechanceux. Ils étaient au totale 64, divisés en 6 groupes pour livrer ce beau spectacle au public. Et ce sont en tout 6 encadreurs qui ont montés cette belle chorégraphie.

Après ces quelques minutes  passés à se rincer les yeux, le spectacle a finalement pris fin. Les encadreurs se sont joints aux enfants sur scène, puis se sont exprimé pendant un court instant avant de laisser, de nouveau, la parole à Mme Salamatou Diéné pour marquer la fin de cet événement.

 

« LA Termitière n’est pas venu frapper ma porte, c’est plutôt moi qui suis allé vers eux. »

 

Mme Louise Nignan, responsable de l’école Saint Raphael 2 de l’arrondissement 32, explique comment son école a prit part au projet, et dit être très satisfaite de ce qu’elle vient de voir.

« La Termitière n’est pas venu frapper à ma porte, c’est plutôt moi qui suis allé vers eux. (…) je suis venu trouver la responsable qui était entrain de faire son projet pour demander de l’aide, et elle m’a dit d’associer mon projet au sien en même temps, et c’est de là que c’est parti. » Confie-t-elle.

« Je suis plus que satisfaite parce qu’au début, certains parents avaient des doutes. Mais le faite qu’ils soient là aujourd’hui, c’est un témoignage. Ils vont comprendre que nous ne sommes pas des enseignants juste pour être des enseignants, mais on sait là où on va. »A-t-elle ajouté.

« C’était très bien. »

Mme Pauline Marshall Ouédraogo, Directrice Administrative de l’Association Initiative Communautaire « changer la vie », une des partenaires du projet, dit être satisfaite également.

«  La bibliothèque a été choisi, et nos enfants ont eu à faire la prestation. Durant 6mois, ils ont fait les animations avec les enfants et c’était très bien. » Martèle-t-elle.

« Dire que c’était facile, ca ne l’était pas »

Simporé Abdoul Aziz, un des encadreurs nous révèle les difficultés qu’ils ont eu à rencontrer durant ces 6 mois de travail avec les enfants.

« Dire que c’était facile, ca ne l’était pas. Le vrai problème se trouvait au niveau de la ponctualité et de l’assiduité. Car, il y’avait des enfants qui n’arrivaient pas à venir fréquemment aux entrainements parce qu’ils avaient beaucoup de tâches à faire à la maison, ou parce que les parents ne les permettaient pas de venir. Il y’avait également un problème pour avoir les salles au bon moment. Souvent, on était même contraint d’aller travailler sous les arbres ou sur des plateaux en plein soleil. » Confie-t-il.

« Le projet a donné de l’emploie a 6 de nos danseurs. »

A la question de savoir ce qui les a motivés à mettre le projet en marche, Mme Salamatou Diéné, Administratrice du CDC la Termitière nous confie ceci :

 «  Le projet ART et EDUCATION rentre dans notre dynamique de mettre en place des projets pour accompagner l’éducation des jeunes par l’art. Il répond à deux de nos questionnements à savoir la transmission de nos valeurs aux tout jeunes, et l’employabilité des jeunes.  Le projet a donné de l’emploi à 6 de nos danseurs, donc pendant 6 mois ils ont été salariés et ils ont été occupés. » Dit-elle.

Sur ce, Mme Salamatou Diéné nous donne encore Rendez-vous l’année prochaine, à la même période, pour une deuxième saison du projet.

Facebook Comments
Share Button

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.