Koffi Olomidé accusé d’agressions sexuelles

image_pdfimage_print

Ce vendredi  1er juin  2018, la justice française lance un mandat d’arrêt contre le célèbre chanteur congolais Koffi Olomidé. C’est en 2009 que la plainte a été déposé au parquet de Nanterre, accusant la star congolaise d’agressions sexuelles envers plusieurs de ses danseuses et d’avoir séquestré quatre d’entre elles, de 2002 à 2006 dans une région parisienne.

Les faits se sont déroulés de 2002 à 2006, dans son pavillon d’Asnières-Sur-Seine, ou l’artiste Koffi Olomidé séjournait avec ses danseuses lorsqu’ils sont en France pour un concert ou pour un enregistrement.

Des relations sexuelles non consenties accompagnées de gifles lorsqu’il y avait de la résistance, étaient les peines qu’enduraient les quatre danseuses. Celles-ci étaient constamment enfermées et gardées 24h/24h par trois (03) hommes n’ayant sur eux aucun document d’identification, encore moins de téléphone.

En juin 2006, elles parviennent finalement a s’échapper avec l’aide d’un ancien agent de sécurité du chanteur. Au cours de l’année 2009, la star était contrainte de partir précipitamment de la France en Aout de la même année, suite à l’ouverture de ce dossier et la demande de rétention provisoire à son encontre requise par  le parquet de Paris.

Les plaintes ont été  poursuivies jusqu’à ce que le tribunal correctionnel ouvre une procédure ce 31 Janvier 2018. Notons que Koffi Olomidé, âgé de 61 ans a déjà été condamné à deux (02)  reprises pour coups et blessures par la justice congolaise.

D’autres accusations ont également été formulées à l’égard  du chanteur en 2012, ou il a été mis en examen pour viols aggravés sur une mineure de 15 ans. Un mandat d’arrêt international avait donc été lancé contre la célébrité congolaise par le parquet de Nanterre.

Facebook Comments
Share Button

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.