Bilan du Ministre Abdoul Karim Sango: Un an d’inertie, une gestion médiocre imbue d’arrogance et d’irresponsabilités sans impacts selon la CORA/BF

Il ya de cela trois ans que la CORA/BF attirait l’attention des politiques sur la qualité mentale des hommes à nommer dans des postes de responsabilités comme les ministères et les institutions. Elle faisait cas aussi d’infestation du Burkina Faso par des complexés, qui sapaient le processus de développement de notre pays. 

Peuple du Burkina Faso, Très chers patriotes, 
La dynamique enclenchée par la CORA/BF dans le désenclavement des mentalités et le réchauffement de la fierté nationale a heurté la sensibilité des Burkinabè qui ont honte de leur culture et mal à leur fierté. Tout Burkinabè qui a honte de son village, de sa culture ne peut contribuer à la construction efficiente de son pays. 
Peuple du Burkina Faso, Très chers patriotes, 
La CORA/BF a été profondément choquée et attristée par les déclarations empreint d’insultes, de contre vérités, d’ignorance et d’arrogance du Ministre Abdoul Karim SANGO lors de sa conférence de presse bilan de son action à la tête du Ministère.
Le Ministre SANGO a voulu divertir l’opinion publique afin de voiler son bilan largement négatif à la tête du Ministère. Ce Ministère laissé dynamique en février 2018 avec des résultats concrets palpables sur le terrain a été vite assombri par l’inertie, le tâtonnement et la médiocrité.
La CORA/BF a d’ailleurs vite attiré son attention dès le mois de mai sur la morosité ambiante et les grandes préoccupations du monde de la musique à travers 3 correspondances et 4 déclarations respectivement publiées en mai, en juin, en octobre 2018 et en janvier 2019.
La qualité de la musique Burkinabè est un vieux débat que seuls les mentalement inferieur trouvent et continuent de nos jours à chanter pour cacher leur manque de fierté nationale.
La CORA/BF trouve inadmissible et irresponsable que le Ministre SANGO continue à se maintenir à la tête du Ministère malgré les résultats décevants enregistrés en une année. Il ne peut alors dire à des acteurs dont il ignore les qualités, de changer de métier parce que d’autres ont manifesté contre son inaction à la tête du Ministère. 
Peuple du Burkina Faso, Très chers patriotes, 
Dans nos correspondances adressées au Ministre SANGO et reprises par les déclarations de juin 2018 et de janvier 2019 nous avons exigé la relecture de l’arrêté 01-054/ MAC/SG/BBDA du 20 mars 2000 porteur de coefficients inexplicables, en déphasage avec nos réalités et causent en partie de la chute drastiques des droits de diffusion au BBDA dans l’ordre de 15 à 50% pour prés de 80% des artistes musiciens (au vue de nos statistiques) malgré l’annonce de l’augmentation globale. Les conséquences de l’application de cet arrêté et l’envolé des frais de gestion du BBDA à 49% en 2018 pèsent énormément sur les artistes musiciens. En réaction à cette préoccupation le Ministre SANGO nous a fais parvenir une correspondance erroné sans capacité d’analyse étalant ainsi toute son ignorance du monde de la musique et son manque de volonté à s’instruire.
Peuple du Burkina Faso, Très chers patriotes, 
Les multiplications des festivals et des animations feront croire aux esprits non avertit des questions du monde de la culture à une ébullition du monde culturel et de la musique. Certes sur le fait d’ébullition c’est vraie mais économiquement fade pour la plupart des artistes car très peu d’artistes bénéficient d’un cachet conséquent. Les promoteurs de ces festivals organisent en général leur événement grâce à la générosité de mécènes asphyxiés par une forte demande. Le peu de financement acquis est à plus de 90% consacré à la location de la logistique et autres frais liés à l’organisation comme le transport, la restauration, l’hébergement, etc. 
Les sponsors sous sponsorisent aussi les événements Burkinabè et offre plus d’égard aux événements impliquant des artistes étrangers d’où tout l’intérêt d’une réglementation du sponsoring. 
Le Ministre SANGO au lieu de passer à l’analyse de cette situation et à trouver des solutions pour rendre dynamique ce secteur d’activité culturel et encourager les acteurs, il les a plutôt traité d’escrocs pour décourager les mécènes et les rares sponsors qui continuent à soutenir le secteur au bénéfice de tout le Burkina Faso . 
Peuple du Burkina Faso, Très chers patriotes
La paupérisation du monde de la musique s’accentue aussi par les misérables cachets que certaines administrations publiques paient aux artistes. Le comble est que certaines administrations publiques se jouent de l’article 14 de la constitution en prenant l’argent public pour organiser des événements où elles ne paient que des artistes étrangers.
Au delà de ces problèmes, le Ministère de la culture n’a jamais porté un projet structurant capable de mettre en branle l’économie de toute la filière.
Si le gouvernement dit vouloir faire du secteur de la culture notamment la filière musicale un secteur professionnalisé et porteur d’emplois et de devise il ne doit en aucun cas accepter payer des cachets de misère au risque de saper cette ambition. La CORA/BF trouve alors pertinent cette question d’adoption de cachets minimaux pour les activités de l’état.
Peuple du Burkina Faso, Très chers patriotes,
La CORA/BF trouve aberrant ces déclarations outrageantes du Ministre de la culture qui semble avoir accepté ce poste pour améliorer son CV, que par ambition de travailler pour le Burkina Faso.
Vu les résultats décevant de son action et son manque de considération pour les acteurs, il était opportun qu’il dépose sa démission pour incapacité à trouver des solutions pour les préoccupations du monde de la culture. 
Peuple du Burkina Faso, Très chers patriotes, très chers artistes
Conjuguons ensemble les efforts pour un nouveau Burkina fier de ses artistes, de sa culture et débarrassé du complexe d’infériorité d’une certaine catégorie de sa jeunesse aux mentalités importées.
Peuple du Burkina Faso, Très chers patriotes, 
La CORA/BF interpelle son excellence Monsieur le Premier Ministre Christophe Dabiré et le demande de tirer les conséquences de telles actes qui n’honorent pas et qui ternie l’image du Burkina Faso.
La CORA/BF invite de le Ministre SANGO à s’abreuver de la sagesse, du patriotisme, de l’intelligence et de la fierté nationale des grandes personnalités comme Mahamoudou OUEDRAOGO, Tahirou BARRY, Yssouf COMPAORE, Martin ZONGO, Prosper COMPAORE .
On ne peut pas se construire avec la culture de l’autre ; rêvons d’une culture Burkinabè capable d’apporter des emplois fiables, de contribuer à l’économie nationale et puissante pour se hisser dans le concert des cultures planétaires.

CORA/BF, Améliorer et maintenant




Affaire Cora-BF: Petit Docteur condamné à payer un franc symbolique

A la suite de l’agression d’un de ses animateurs, Hamed Kossa dit HK, le 28 juin 2017, par des artistes regroupés au sein de la Coalition pour la renaissance artistique au Burkina Faso (Cora-BF), la Radio Oméga a porté plainte pour violation de domicile professionnel, agression, violence et voie de faits.

Le verdict est tombé le 7 décembre dernier : Kaboré Sana Alphonse dit Petit Docteur a été reconnu coupable et condamné à payer un franc symbolique à Oméga et à HK en réparation du préjudice subi (peine réclamée par les deux requérants).
Par ailleurs le Tribunal a condamné Petit Docteur à une amende ferme de 50 000 FCFA satisfaisant une requête du parquet.

Le 28 juin 2017, des membres de la Cora-BF ont fait irruption dans les studios de la Radio et avait été malmené dans les locaux même de la radio, alors qu’il était en pleine émission. Ils entendaient ainsi réclamer une plus grande diffusion de la musique burkinabè.

Suite à cette agression, les organisations des médias ont entre autres décidé de suspendre la diffusion sur les antennes des œuvres et des activités de promotion de tous les artistes impliqués dans cette agression (pendant plus d’un trimestre) et ont observé une journée nationale de protestation contre toute forme de violence et d’agression à l’encontre des journalistes et des médias.

Omega




Affaire CORA BF / Oméga: Dab’s viré du Syndicat National des Entrepreneurs de Spectacles du Burkina Faso

Suite à l’agression de l’animateur Hamed Kossa , le Syndicat National des Entrepreneurs de Spectacles du Burkina Faso a démit de ses fonctions Aboudou Dabo dit Dabs de ses fonctions . En effet il était le secrétaire Général du SYNES-BF.







Syndicat National des Entrepreneurs de Spectacles du Burkina Faso condamne l’acte de la CORA BF

Le Mercredi 28 juin 2017, des individus se réclamant artistes musiciens, experts culturels burkinabè ont fait irruption dans les locaux de Radio Oméga et ont violenté l’animateur Hamed KOSSA. Cet acte hautement gravissime se saurait rester impuni dans un Etat de droit où la loi fondamentale garantit une existence et une jouissance paisible de ses activités à tout citoyen qui vit et exerce ses activités dans le respect des lois et règlements en vigueur.


Le SYNES-BF, Syndicat National des Entrepreneurs de Spectacles du Burkina Faso condamne avec la dernière énergie cet acte qui n’honore aucun acteur culturel de notre pays. Les institutions régaliennes de l’Etat, en qui nous renouvelons notre confiance, sont là pour trancher tout différent et permettre de consolider notre vivre ensemble.
Le SYNES-BF constate avec désolation que depuis 2015, cette organisation CORA-BF s’érige en gendarme de la culture burkinabè et pratique avec brio les arts de la violence verbale, de la violence psychologique, du mensonge, de la manipulation de l’opinion pour des desseins inavoués et maintenant l’art de la violence physique.

Allant même jusqu’à se prévaloir d’une certaine « légitimité » qu’elle préfère à la légalité et au droit national. Nul n’a le droit de se faire justice soi-même dans ce pays quelque soit le motif du grief. Et nul n’a le monopole de violence dans ce pays.


Restant attaché aux valeurs républicaines et en privilégiant le dialogue quelque soit la situation, le SYNES-BF en appelle à la responsabilité des autorités nationales afin que :
– Un soutien moral et psychologique approprié soit apporté à l’animateur Ahmed KOSSA;
– Toutes les mesures nécessaires soient prises pour assurer à chaque citoyen la jouissance paisible de ses droits tant que la loi est respectée ;
– Soit extraite de la circulation toute organisation dans les valeurs et pratiques prônent la coercition et la violence sous toutes ses formes ;
– Force reste toujours à la loi dans notre pays et que les textes et lois en vigueur soient compris et respectés par tous ;
– Les secteurs culturel, sportif et de l’information et de la communication soient définitivement débarrassés de toute violence ainsi que de toute velléité de caporalisation pour des intérêts partisans, inavouables et illégaux.
– Soit urgemment ouvert un dialogue franc et sincère entre tous les acteurs et parties prenantes de la filière des arts de la scène à travers les Etats Généraux du Spectacle au Burkina Faso. 


SYNES-BF, syndicat de défense des entrepreneurs de spectacles s’insurge contre cet acte barbare digne d’une autre époque, révolue au Burkina Faso et soutiendra jusqu’au bout l’action judiciaire engagée par la Radio Oméga contre cette organisation et ses membres pour l’acte posé. 


Le SYNES-BF déplore qu’au nom d’une prétendue promotion de la musique burkinabè, des locaux d’un média et ses travailleurs soient violentés de la sorte et que des entrepreneurs privés soient pris pour cibles par des pseudos gendarmes de la culture nationale. Cet acte ne doit pas être une jurisprudence pour les prédateurs de la culture nationale et le SYNES-BF, bien que attaché aux valeurs de pardon, restera vigilant quant à la suite qui sera donnée à cette affaire. Il est grand temps que notre vivre ensemble soit empreint de respect et de droit.


Pour l’heure et en ce qui le concerne, le SYNES- BF décide des mesures suivantes :
1- Sont interdits de participation à l’organisation et/ou à la programmation d’un ou dans un spectacle sur l’ensemble du territoire burkinabè, et ce jusqu’à nouvel ordre, les personnes dont les noms suivent qui ont été formellement identifiées sur les images et vidéos de l’agression :
1. Aboudou DABO dit DABS
2. Sana Bob (Artiste musicien reggae)
3. Petit Docteur (Artiste musicien reggae)
4. Mahamadi BARA dit Bam Raady (Artiste musicien reggae)
5. Océan (Artiste musicien reggae)
6. Iron Bender (Artiste musicien reggae)
7. Africain le fou (Artiste musicien reggae)
8. Ismo Vitalo (Artiste musicien reggae)
9. Sabeco (Artiste musicien reggae)
10. Ima Hado (Artiste musicien reggae)
11. Robert Ilboudo (Arrangeur)
12. Maman Optima (membre de CORA/BF)
13. Farma (photographe)

2- Nous invitons l’ensemble des acteurs culturels et nos partenaires à s’approprier ces mesures jusqu’à ce que ces personnes fassent amande honorable afin que plus jamais la violence de ne soit un mode de communication au Burkina Faso.
Vive le Burkina Faso !
Vive la Culture Burkinabè !
Fait à Ouagadougou le 04/07/2017

LE TRESORIER
Jacob BAMOGO

LE SECRETAIRE AUX PROJETS & ETUDES
Ali DIALLO

LE SECRETAIRE A L’INFORMATION
Georges KABORE

LE SECRÉTAIRE À L’ORGANISATION ET À LA MOBILISATION
Télesphore BATIONO

LE SECRÉTAIRE AUX RELATIONS EXTÉRIEURES
Prosper TRAORE

LE PRESIDENT
Innocent BELEMTOUGRI
Ouagadougou, le 03 juillet 2017..







Les membres de la CORA-BF interdit de spectacle au Burkina.

En plus d’ être interdit d’antenne jusqu’à’ a nouvel ordre les artiste membres de la CORA BF ne sont pas au bout de leur peine.

En effet les organisations professionnelles de médias audiovisuels ont appelé ce 3 juillet les promoteurs de spectacles, à ne plus inviter les artistes de la CORA-BF impliqués dans l’agression de Hamed Kossa à leurs spectacles.

Si cela n’est pas respecté, les organisations professionnelles de médias audiovisuels menacent de frapper ces promoteurs de spectacles par la mesure de boycott et de suppression.

Liste de quelques artistes concernés par les sanctions :
– Sana Bob,
– Petit Docteur,
– Bam Rady,
– Ismo Vitalo,
– Sabeco,
– Ima Hado,







Affaire Hamed Kossa/Cora BF , voici la sanction

Les organisations culturelles du Burkina et les patrons de presse ont décidés de sanctionner les membres de la CORA BF suite à la violation des locaux de la radio Omega. 

  •  La suspension de diffusion sur les antennes des œuvres et des activités de promotion de tous les artistes impliqués dans cette agression jusqu’à nouvel ordre
  • Le boycott de toutes les activités de la cora bf jusqu’à nouvel ordre
  •  Une journée nationale de protestation contre toute forme de violence et d’agression à l’encontre des journalistes et des médias le mercredi 05 juillet 2017
  •  Une journée de protestation avec des émissions musicales sans animateurs le mercredi 05 juillet 2017, intercalées de message de protestation…

Par ailleurs Voici la liste non exhaustive des artistes concernés par les sanctions des organisations professionnelles de médias audiovisuels :

– Sana Bob(Artiste musicien reggae )
– Petit Docteur (Artiste musicien reggae )
– Bamako Rady( Artiste musicien reggae)
– Océan (Artiste musicien reggae)
– Iron Bender(Artiste musicien reggae)
– Africain le fou(Artiste musicien reggae )
– Ismo Vitalo ( Artiste musicien reggae )
– Sabeco (Artiste musicien reggae )
– Ima Hado (Artiste musicien reggae )
– Dabs (membre de CORA/BF)
– Robert Ilboudo (Arrangeur )
– Maman Optima (membre de CORA/BF)
– Farma (photographe)

Ouagadougou, le 03 juillet 2017..







Affaire CORA-BF/ Omega, Petit docteur dément avoir brutalisé Hamed Kossa

L’affaire fait en ce moment les choux gras des réseaux sociaux et indigne plus d’un dans le monde culturel et les médias. En effet des artistes se réclamant de la CORA-BF (Coalition pour la renaissance artistique au Burkina Faso) ont fait irruption à la Radio Oméga brutalisant Hamed Kossa.

Sur la vidéo qui circule sur la toile on voit l’artiste Petit docteur s’es prendre physiquement et verbalement à l’animateur. Mais selon lui il n’en est rien

“Nous, on est arrivé simplement pour remettre notre lettre au directeur. Il se trouvait que Ahmed Kossa avait commencé à animer en ce moment. Et comme ils ont des baffles a l’interne qui permettent d’écouter en même temps ce qui se passait sur les ondes, nous avons remarqué que Ahmed continuait de jouer uniquement la musique étrangère. Nous, on lui a dit qu’on est venu ce matin-là même à cause de lui et que nous avons remis une lettre à son directeur le concernant. Il devrait aller écouter son supérieur. En sortant du studio il s’est arrêté et c’est là que je lui ai dit d’aller écouter son directeur. Après avoir écouté son supérieur, il est revenu poursuivre son émission en jouant maintenant de la musique burkinabè. Pendant ce temps nous sommes repartis causer avec le directeur. personne n’a fait violence sur lui, là-bas.

Revoir la Vidéo







Affaire CORA BF agresse Hamed Kossa: les internautes tirent à boulet rouge sur la CORA BF

Un groupe d’artiste se prévalant de la CORA BF ont fait irruption à la radio Omega et ont brutalisés un animateur de la radio en l’occurrence Hamed Kossa qui s’apprêtait à ouvrir l’antenne. Une vidéo publiée sur le sujet sur les réseaux sociaux a fait réagir le monde de la culture.

Roméo Compaoré, producteur

 

Dites-moi; qui d’entre les membres de CORA BF fait la musique Burkinabe? La place de l’artiste c’est dans les salles de répétition, studio et scènes. Les médiocres allez travailler! Sui HK

 

Moussa Porgo(AS Power), Animateur

Votre organisation s’apparente à une horde de frustrés qui au lieu de travailler dans l’intelligence salit ce que vous pensez défendre! Allez à Kossyam ou au ministère pour les violenter et on vous considérera comme de vrais Burkinabè !
Commencez par ranger votre violence verbale et physique, vous n’en avez pas le monopole et vous n’êtes pas plus Burkinabè que qui ce soit!

 

Philippe Cmdt Whypee Yameogo
James Yazid Dembélé , realisateur
Ben Idris Fargo
Je disais hier ici que la musique burkinabe n’a pas d’identité. Si des “tarmazolien”vont jusqu’à semprendre à une radio de surcroît à un animateur par ce que la musique du pays ne se joue pas suffisamment à qui la faute ? ?si vous êtes des piètres chanteur de cabaret des vaurien qui n’ont pas 3 bon album dans votre carrière c’est votre problème ! !!!ceux là ne sont pas des artistes mais des vaurien et lâches de grand chemin. Au lieu travailler et être au devant de la scène vous venez pleurnicher. Pathétique