Bil Aka Kora : le roi du « Djongo » de retour avec un nouvel album

image_pdfimage_print

 Ce samedi 1er juillet 2017 l’artiste Bil Aka kora a Célébré ses 20 ans de carrière musicale .célébration qui nous rappelle ainsi « Douatou », le titre de son tout premier album, qui lui a valu le nom de « faiseur de pluie », sorti en 1998. Né en 1971 à Pô au Burkina Faso, Bil Aka Kora est un Auteur-compositeur-interprète. Il totalise 5 albums et prépare une nouvelle entrée sur la scène musicale avec son 6e album toujours en préparation.

L’artiste offre un concert live au stade municipal de Pô a ses parents, après avoir communié avec eux au tour des us et traditions de la région qui a duré 48 heures.

Pour la préparation de  son prochain album, le maître de la «Djongo» retourne au studio après un mois, alors que deux de ses créations avaient été présentées à ses fans ce samedi 1er juillet 2017.

Un album qui s’annonce haut en couleur avec de grands noms comme Fabrice Devienne, pianiste français venu pour l’occasion accompagner le « Djongo » pour son retour.

Avec Son orchestre nommé le «Djongo club »,ou le « Djongo diffusion»  L’artiste a su faire la promotion du« Djongo », danse traditionnelle du pays « Kassena».

Du vin djongo ?

Le nom « Djongo »  a  ainsi franchi les frontières du Burkina avec le «vin Djongo » produit en France.

Firmin Odiobou un cousin de BIL AKA KORA témoigne au nom de ses pairs de leur reconnaissance.  « Franchement, je ne sais pas là ou j’étais ce soir. Je n’ai pas pu me retenir. Je suis monté sur le podium et j’ai dansé avec lui. On a fait l’enfance ensemble. J’ai vu ses débuts dans la musique. Mais aujourd’hui, c’est une fierté pour nous tous. Il n’y a pas un seul de ses titres que je ne connais pas. Quand il chante, je chante avec lui ».

Bil Aka Kora et son père

Que des bénédictions du géniteur Mahama Bilgo , à l’égard de son fils : « Pour moi, c’est qu’il aille au-delà. Mais qu’il soit toujours fier de ses origines. Au départ,  je n’étais pas d’accord qu’il fasse la musique. Mais aujourd’hui, je ne peux qu’être fier de lui>>

Au vu de la prouesse de notre très cher artiste, dans l’avancée de sa belle carrière musicale, tout en faisant la promotion de la musique burkinabè au delà de nos frontières, sa musique  reste à encourager.

 

 

 

Facebook Comments
Share Button

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.