Ecole De Danse Irene Tassembedo: Expulsée pour loyer impayer

image_pdfimage_print
Chers toutes et tous, Nous avons commencé le déménagement de l’EDIT avec le soutien des danseurs, des amis et de nos famille sur place, afin de préserver ce qu’il est possible de préserver comme équipements et de remettre les locaux comme ils étaient en 2008.
Un travail qui n’est pas chose facile. L’équipe de l’EDIT qui sur place est à la hauteur du soutien que vous nous avez témoigné. Au moment où je vous écris, nous sommes environ 1200 signatures et la pétition continue à enregistrer de nouvelles signatures. C’est une grande preuve de confiance pour l’EDIT, qui doit puiser en ce moment dans son énergie pour continuer à vivre, même dans d’autres locaux que ceux que nous avions aménagés avec tant de fierté en 2008/2009 et que nous n’avons d’autre choix aujourd’hui que de quitter.
Suite à la proposition de la Mairie de Ouagadougou, nous démarrons le premier cours aujourd’hui dans la salle qu’on nous à prêtée pour quelques temps, avec des danseurs et professeurs qui ont travaillé sans relâche depuis la semaine dernière pour démonter l’EDIT… Vous imaginez leur désarroi et le découragement que nous pouvons ressentir tous en ce moment… Nous quittons donc ces locaux de l’EDIT avec beaucoup de tristesse, mais sans rien à nous reprocher.
Nous avons fait le maximum pour essayer de garder cet espace, nous l’avons perdu, mais il faut maintenant écrire une autre page de l’histoire de cette école, reprendre espoir et redoubler d’énergie ! J’ai été contactée par le secrétaire général du ministère de la culture et j’attends des propositions concrètes de leur part : tous les regards sont tournés vers eux dont nous devons obtenir un réel soutien. Le maire de la ville de Ouagadougou est le seul soutien actif du côté institutionnel pour le moment et je l’en remercie vivement encore une fois. La situation reste donc très difficile et je vous demande de rester à nos côtés, avec nous, pour mettre la pression encore et encore afin que les choses changent, pas seulement pour l’EDIT mais aussi pour toutes les structures culturelles qui sont fragiles ou menacées.
Un soutien aussi très important pour redonner de l’énergie et de l’espoir à tous ces jeunes danseurs en formation et plus largement ceux qui ont construit ce formidable projet de l’EDIT. Je vous tiendrai informés de l’avancement de la situation, vous serez informés car c’est avec vous que nos cris ont été entendus. Encore merci pour cela, bien à vous tous et toujours combativement votre.
Facebook Comments
Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *