Burkina Faso : des gendarmes blessés pendant l’attaque de la brigade de Lanfièra dans le Sourou.

La brigade de gendarmerie de Lanfièra, dans la vallée du Sourou située à 42 km de Tougan, chef-lieu de la province du Sourou a été attaquée par des individus armés dans la nuit de lundi à mardi.

L’Afrique est devenue depuis quelques années la cible de multiples attaques terroristes, plusieurs pays en ont déjà payé le prix, et c’est maintenant au tour du Burkina Faso.

En effet, le Burkina Faso a perdu toute sa tranquillité  et sa paix autrefois convoité par les pays voisins. Aujourd’hui le pays des hommes intègres est devenu la cible de multiples attaques terroristes, faisant de plus en plus des victimes.

Le pays à une fois de plus subit une nouvelle attaque, et cette fois c’est la brigade de gendarmerie de Lanfièra située à 42 km de Tougan, chef-lieu de la province du Sourou qui a été dans le viseur des terroristes. Trois gendarmes fut blessé lors du combat avec des présumés assaillants dans la nuit de lundi à mardi dernier.

Les responsables de cette attaque, des individus armés et non identifiés fut repoussé par les gendarmes après de multiples échanges de tirs, qui auraient duré pendant au moins trois heures.

Il faut noter que l’attaque a occasionné de gros dégâts, cependant des pertes en vie humaine n’ont pas été enregistrées.les gendarmes blessés ont été conduit dans la capitale à Ouagadougou pour des soins.




Pama: Attaque de la zone présidentielle de tourisme cynégétique (ZPTC)

Dans la nuit de mercredi 29 août 2018, le campement présidentiel, sis à kompienbigua, localité située à environ 95km de Fada (région de l’Est), a fait l’objet d’une attaque. Ces malfaiteurs auraient mis le feu au campement et miné les voies d’accès, de sorte à ce que les Forces de Défense et de Sécurité ne puissent pas intervenir.

 

Selon infowakat.net, la zone présidentielle de tourisme cynégétique (ZPTC) de Pama, couramment appelé Campement présidentiel de chasse situé vers Matiabouani dans la région de l’Est fait l’objet d’une attaque ce 29 août 2018 depuis les environs de19h passé par des individus armés non identifiés.

Des habitants dans la localité joints par infowakat.net affirment avoir entendu des détonations, et des tirs. D’autres quant à eux parlent d’incendie du campement. D’autres sources sécuritaires affirment que les renforts en déploiement sont retardés par des risques d’enfouissement d’engins explosifs sur toutes les voies d’accès à la ZPTC.

Notons que la ZPTC est située à environ 330 kilomètres de Ouagadougou dans la région de l’Est. Elle a une superficie de 83 405 hectares, et constitue une plaque tournante du tourisme, de safari, etc.

 




Région de l’Est : l’attaque d’un poste de police dans le village de Natiaboani/Gourma repoussée par les FDS

Six individus armés à moto ont attaqué le poste de contrôle de la police (CRS) du PK60 / Natiaboani, ce mercredi 1 août 2018, aux environs de 6 heures, sur la RN 18 entre la ville de Fada N’Gourma et celle de Pama.

Cette attaque a été repoussée grâce à la réaction des forces de défense et de sécurité qui était présents sur les lieux, les assaillants quant à eux, ont pris la fuite.

Une équipe de renfort a été déployée sur les lieux afin de ratisser la zone. Le bilan provisoire de l’attaque fait état de quelques blessés et un véhicule détruit du côté des FDS.




Maître Gims attaqué par son ancien producteur du WATI B en justice

Alors que Maître Gims a décidé de quitter le label Wati B en 2016, le rappeur doit faire face à son ancien producteur, Dadia Diakité. Celui-ci a décidé de l’attaquer en justice en l’accusant d’avoir détourné de l’argent et de s’être affranchi de ses obligations alors qu’il était sous contrat.

Il semblerait que le rappeur Maître Gims ait quelques soucis avec la justice. Il est accusé de plagiat pour un de ses clip dont le titre est intitulé « la même ». En effet, selon une jeune réalisatrice belge, Vianney et Maître Gims auraient plagié l’une de ses vidéos partagées sur YouTube. Et en plus de cette affaire, Maître Gims doit faire face à son ancien producteur et patron du label Wati B qui a décidé de porter plainte contre lui. Ainsi, il est poursuivi en justice pour faux, usage de faux, abus de confiance et escroquerie au jugement. L’avocat de Wati B, Me Yassine Maharsi a confirmé que la société Wati B, qui l’avait découvert et avait lancé sa carrière, reproche au chanteur de les avoir trahis. Par ailleurs, le conseil de Maître Gims affirme n’avoir jamais entendu parler de ces accusations. Mais il se pourrait bien que son ancien producteur, le patron de Wati B ait déposé plainte contre lui. Très mécontent, Dadia Diakité aurait aussi ajouté qu’ils avaient avancé 800 000 euros à Maître Gims. Une somme destinée à la production de son album « Le Cœur a ses raisons ». Mais elle aurait finalement d’avantage servi à assurer le train de vie du chanteur et non pas à la réalisation de l’album. Gandhi Djuna alias Maître Gims aurait également tenté de quitter le label en montant ses propres structures de sa carrière  en parallèle, alors que des contrats le liaient encore à Wati B. Mais les accusations ne s’arrêtent pas là, la star du rap français serait également soupçonné d’évasion fiscale. Pour l’heure, il n’a pas encore répondu face a cette attaque. Les jours à venir nous le diront.




Kossi : Les FDS à la recherche de présumés assaillants

Les Forces de défense et de sécurité (FDS) sont à la recherche de  présumés assaillants qui ont échangé mercredi matin des coups de feu avec une patrouille de police à Doumbala, avant de prendre la fuite.

Selon des informations recueillies par un des correspondants de l’AIB à Nouna, les présumés assaillants vêtus de noir étaient au nombre de trois et armés de fusils d’assaut.

Interpellés entre Dassi et Doumbala (localités situées à une vingtaine de km de Nouna) par une patrouille de police, les suspects ont ouvert le feu avant de prendre la fuite. Il n’y a pas eu de blessé.

Les Forces de défense et de sécurité se sont lancées à leurs trousses, apprend-on également.

Agence d’Information du Burkina